Soyez les premiers à recevoir les bons plans, les nouveautés du blog et davantage.

Pandi Panda, ce gros ourson de Chine: faut-il aller le voir à Chengdu ?

Quand on pense à la Chine, on pense forcément à l’emblème du pays, le panda. C’est pourquoi je voulais vous faire part de mon ressenti afin de savoir si oui ou non il faut aller à sa rencontre dans le Sichuan. Retour sur ces mes expériences de 2015 et de 2018.

 

Avant de venir en Chine, je pensais rencontrer le panda dans son environnement naturel, en randonnant dans d’immenses forêts de bambous, à 3100 mètres au fin fond du pays. Mais la réalité en est tout autre. Que faut-il savoir sur cette espèce qui fait partie des espèces les plus rares et les plus menacées dans le monde ?

Avant toute chose, il faut comprendre que voir les pandas dans leur milieu naturel (même si cela pourrait être possible), serait totalement néfaste à cet espèce. La reproduction des pandas est très fragile (en captivité ou en liberté) et une femelle n’est féconde que pendant 48 heures entre le 15 février et le 30 mars! De plus, le mâle panda n’est pas un bonobo et sa motivation pour s’accoupler est très faible. Le fait d’avoir des touristes autour d’eux, ne ferait que minimiser les chances de reproduction. Aussi, si l’on veut être éthique, le mieux est de ne pas aller les voir dans leur milieu naturel. Il n’est pas fait pour côtoyer l’homme.

Le seul moyen de le voir est donc dans un centre. Et Il existe 4 endroits dans le Sichuan, qui permettent d’observer le panda:

– Le centre de recherche et de reproduction de Chengdu (environ 50 pandas)

– La réserve naturelle de Wolong à 130km de Chengdu soit 2,5h de route aller (environ 30 pandas). Elle est considérée comme le réel foyer des pandas sauvages.

Bifengxia (environ 20 pandas). Centre de bénévolat pour s’occuper pleinement pendant 2 jours des pandas, dans un milieu plus calme. Plus cher et plus difficile.

–  Dujiangyan pour le programme de bénévolat des Pandas Géants (environ 20 pandas), à 67km de Chengdu soit 1h30 de route. Seules 60 personnes par jour, sont autorisées à participer à cette expérience unique. Le centre est plus petit, plus calme et accueille moins de voyageurs que le Centre des pandas de Bifengxia. Ainsi, les bénévoles peuvent passer davantage de temps en compagnie des pandas.

Les centres de Chengdu et de Bifengxia sont les deux les plus importants de Chine mais celui de Chengdu est le plus facile d’accès et adapté aux touristes dont le temps est limité.

Aujourd’hui l’habitat naturel des pandas géants se trouve dans les Montagnes Min du Sichuan avec la réserve naturelle de Wanglang, dans la province de Gansu, et dans les Montagnes de Qinling dans la Province du Shaanxi avec la réserve naturelle Foping.

LE SAVIEZ VOUS ?

    • Le Printemps (de mars à mai) c’est la saison des amours. Mâles et femelles se rencontrent uniquement à ce moment la. Il y a un ourson tous les deux ans et il né fin de l’été.
    • Même s’il se nourrit uniquement de Bambou, le panda est à la base un carnivore et mange à l’âge adulte environ 50kg de bambou par jour (ce qui veut dire 28 kg de selles par jour). Les pandas passent la moitié de leur journée à manger donc ils sont moins actifs, ils consomment moins d’énergie et mettent du temps à digérer. C’est pourquoi ils ne chassent quasiment pas sauf quand ils n’ont plus de bambous!
    • Les pandas géants appartiennent à la famille des ours et, comme tous les ours, ils sont capables de nager!
    • Il y avait autrefois des pandas géants dans le Sud, le centre et l’est de la Chine mais aussi dans le nord du Vietnam et au Myanmar. Malheureusement, en raison des exploitations forestières et de l’agriculture, leur habitat s’est vu totalement réduit.
  • Les pandas géants vivent 15 à 20 ans dans la nature et 30 ans en captivité.

 

QUEL CENTRE CHOISIR POUR OBSERVER LES PANDAS ?

Wolong a été détruit en 2000 par un séisme. Les pandas encore survivants ont été transférés vers Bifengxia, le temps de reconstruire le site. En juillet 2015, les deux centres étaient ouverts au public.

Lorsque vous voyagez en Chine, vous comprenez vite le sens du mot distance! Ce pays est immense et se déplacer d’un endroit à un autre prend beaucoup de temps. Par conséquent, vos choix sont déterminées en fonction de vos envies, de votre fatigue, de la distance et de votre parcours. Pour notre part en 2015, nous aurions aimé faire les centres de Wolong ou Bifenxia car ils nous semblaient moins touristiques que celui de Chengdu. En raison de leur situation assez lointaine et à l’opposé de la ville de Chengdu, nous avons opté pour la facilité, nous devons le reconnaître! Nous ne savions pas trop ce qui nous attendait…

Il y aurait aujourd’hui moins de 2000 pandas dans le monde (comprenant zoo et réserves) et très peu de pandas en liberté ou réintroduits dans les forêts. L’ être humain l’a souvent chassé pour l’afficher comme trophée de chasse et pour sa peau mais il a également détruit son environnement, son habitat pour y construire buildings et autres projets immobiliers! Par conséquent le gouvernement a dû réagir pour sauver et préserver cette espèce en voie de disparition. Il a décidé d’ouvrir le centre de recherche et de reproduction de Chengdu. Depuis son ouverture en 1987, le centre a vu naître 92 pandas. Le parc est avant tout un centre de recherche et de reproduction artificielle pour la conservation du panda et de temps en temps la reproduction naturelle, quand l’alchimie se fait entre pandas. Jusque la l’initiative est très bonne et j’ai envie de vous dire, heureusement que cet endroit existe pour conserver l’espèce. Mais la où je suis perplexe, c’est sur la manière dont est fait le centre. A première vue, il n’est pas désagréable de déambuler entre les bambous mais dès l’entrée, on sent que ce parc manque d’authenticité.

COMMENT SE RENDRE AU CENTRE DE REPRODUCTION DES PANDAS ?

Emplacement: dans la périphérie de Chengdu, à 40 minutes en voiture, très facilement accessible.

Entrée pour le centre: 30 RMB/p

 

POURQUOI SOMMES-NOUS DÉÇUS ET MITIGÉS ?

Chengdu est une ville assez touristique et par conséquent visitée par de nombreux touristes Européens et Chinois venus ici pour se rendre au Tibet et voir les pandas géants. Et quand les Chinois voyagent, ils sont juste nombreux et très bruyants!

Le centre de recherche de Chengdu est un immense parc qui nécessite une 1/2 journée de visite et qui permet de photographier le panda géant mais aussi le moins connu mais tout aussi mignon, le panda roux. A l’intérieur, on se déplace soit en petit train soit à pied. On trouve des espaces pour visionner des films relatifs à l’élevage et à la protection du panda. C’est en s’enfonçant dans le parc qu’on note les nombreux sentiers qui mènent à différents enclos. Des branches de bambous sont entreposées par ci par la sur des passerelles en bois érigées, pour que nous puissions bien les observer. Il y a également des jeux crées avec des roues de voiture et des balançoires pour les divertir. If faut savoir également que la maman panda ne s’occupe que d’un bébé à la fois et en cas de jumeaux, elle en abandonne un. Vous trouverez donc en partie dans ce parc, des jeunes pandas abandonnés par leur mère.

Quels sont les changements entre 2015 et 2018 ?

A l’époque, on nous avait conseillé d’arriver de bonne heure pour être le moins possible avec les touristes mais également pour être sûr de voir le panda géant car il est assez matinal. Il s’adonnait à son rituel à des heures bien précises et il aurait été dommage de le manquer! Si vous arriviez dans les environs de 11h, vous risquiez fortement de tomber sur un panda qui dormait ou de tomber sur des enclos vides car ils se cachaient pour digérer et de reposer. A midi, nous sommes retournés devant des enclos et malheureusement les pandas n’étaient plus la! En juillet 2015, il y a eu des naissances. Nous avons donc eu de la chance de pourvoir admirer derrière une baie vitrée et dans une couveuse, un bébé panda de quelques semaines. (Les bébés pandas naissent aveugles mais ils sont trop choux avec leur pelage blanc et leurs petits yeux roses). C’était l’attraction phare des touristes. Il y avait au moins 20 minutes d’attente et des bousculades pour quelques secondes de bonheur.

En novembre 2018, nous avons visité le centre en début d’après midi sous une pluie fine. Gros changement: il est devenu une attraction très touristique fait pour les touristes chinois avec de plus en plus de boutiques aux 4 coins et des visiteurs venus chercher des sensations. On est la pour voir le panda géant donc il ne faut pas décevoir les touristes! Certains sont venus déguisés pour s’extasier fortement devant l’animal et le shooter sous tous les angles quitte à lui crier dessus pour qu’il se retourne. C’était une épreuve pour se faufiler afin de s’approcher des barrières et pouvoir un peu les admirer tranquillement! Aujourd’hui, il y a une personne dont le métier est d’attirer les pandas et de leur jeter de la nourriture pour les appâter. Tout ça pour des clichés, des cris de joie et les beaux yeux des touristes! La scène est triste, ridicule et pitoyable mais c’est aussi ça les conséquences du tourisme de masse. J’ai également remarqué que les enclos avaient des décors loin d’être naturels: arbres gigantesques en papier mâché, rochers surdimensionnés… bref on n’en a vraiment pas besoin et on aurait pu nous en passer. Oui nous avons vu les pandas géants mais avons été déçus de la manière dont le parc est fait, nous devons l’admettre.

Finalement, ce centre pourrait être quelque chose de bien et d’éthique si toute cette mascarade autour était évitée. Les pandas géants ne présentent aucune trace de maltraitance et ne paraissent pas malheureux. (même si je ne suis pas à la place de l’animal). Mais un simple parc aurait été appréciable, sans route goudronnée, sans petit train, sans toutes les boutiques et cafés, sans le brouhaha des touristes, sans le nourrissage, sans les décors fictifs. J’aurais aimé un cadre plus naturel, une immense réserve où l’on entend que les bruits des oiseaux et le craquement de nos chaussures… La seule chose qui me fait dire que ce parc est bien et pourquoi c’est un paradoxe, c’est parce qu’il a permis de financer la sauvegarde de l’espèce, de mener des actions dans le milieu naturel et de protéger le panda géant.

 

 

Cet article est notre ressenti et notre expérience. Ce voyage fut possible grâce à une collaboration avec China Roads que nous remercions pour leur invitation et cette découverte.

signature

Partagez l'article

Laissez moi un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pas encore de commentaires... Inspiré ?